Publications Actualités De l’eau liquide sur Mars il y a moins de 227 Millions d’années.

De l’eau liquide sur Mars il y a moins de 227 Millions d’années.

Deux chercheurs du Laboratoire Magmas et Volcans (LMV / UCA / CNRS / IRD / UJM, Clermont-Ferrand) et du Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG / UL / CNRS) ont identifié des traces d’altération aqueuse tardive dans la météorite martienne Black Beauty (NWA 7533/7034 et paires). Cette altération, enregistrée par le minéral zircon (ZrSiO4), se serait produite sur Mars, il y a entre 227 et 56 millions d’années, durant l’ère Amazonienne. Cette découverte publiée dans la revue Nature Communications a des implications très fortes pour l’évolution de la surface Martienne car elle montre que de l’eau liquide a été disponible à proximité de la surface dans un passé relativement proche et que, par conséquent, cela pourrait encore être le cas de nos jours. Ces résultats suggèrent que la planète Mars aurait pu être habitable sur presque toute son histoire puisque l’eau est le premier ingrédient nécessaire à l’émergence de la vie.  

https://www.nature.com/articles/s41467-019-10382-y

L’article en question : Record of low-temperature aqueous alteration of Martian zircon during the late Amazonian. M. Guitreau, J. Flahaut. (2019) Nature Communicationshttps://doi.org/10.1038/s41467-019-10382-y

Légende de la figure : Image MEB par électrons rétrodiffusés d’un zircon terrestre ayant subit de l’altération semblable à celle ayant affecté les zircons martiens de Black Beauty (collection perso. M. Guitreau). Les zones altérées se présentent sous forme de veines ou de tâches gris sombre alors que les zones non-altérées sont de teinte gris clair. Une zonation concentrique primaire (magmatique) se devine dans certaines zones claires, et est marquée par des bandes de croissance qui présentent des fractures disposées de façon radiale. Cette fracturation se produit par gonflement du réseau cristallin dans des zones adjacentes sous l’effet de la désintégration de l’uranium et du thorium radioactifs. Ces fractures constituent ainsi des voies de pénétration efficaces des fluides dans le zircon. Crédit photographique : Martin Guitreau.

Print Friendly, PDF & Email
Top