Quand géophysique rime avec musique électronique

Actualités on 1 Jan , 1990

Olivier Bodart est Enseignant-chercheur au laboratoire de Mathématiques de Saint-Etienne (institut Camille Jordan). Récemment, il a été impliqué sur un projet de calcul scientifique avec Valérie Cayol (LMV), Jean-Luc Froger (LMV), Farshid Dabaghi, Jonas Koko du LIMOS de Clermont-Fd. Cette étude a permis de réaliser un proceeding (actes) de congrès DD25 : Domain Decomposition, 25e édition. Ce congrès a eu lieu au Canada l’été dernier.

Olivier Bodart est aussi proche d’un petit label associatif (Marasm Records) qui produit principalement de la musique électronique. Olivier travaille avec Marasm Records depuis une quinzaine d’année. Il compose des morceaux et est aussi ingénieur du son autodidacte. Récemment il a participé à une compilation intitulée “Sblangcore” dont le principe était : un discours technique suivi d’un mashup plus ou moins brutal. C’est ainsi que leur étude géophysique s’est retrouvée en voie synthétique dans un des morceaux :

https://marasmlabel.bandcamp.com/track/olgazzz-zblang-mesh-2

Le texte parle de l’idée d’utiliser une méthode de domaines fictifs pour pouvoir prendre en compte les hétérogénéités de terrain dans les calculs et ne pas devoir effectuer des remaillages complets lorsque la fracture change.  Il est issu de l’introduction de l’étude. Ce texte a été choisi parce qu’il était assez technique pour le projet musical concerné. D’autres morceaux (par exemple Moldav) incluent un texte médical.

Olivier Bodart va sortir un EP (format musical plus long que celui du single mais plus court qu’un album) d’ambient en Juin ou Juillet. Ce sera un 7″ édition limitée avec 2 pistes et un morceau “bonus” en numérique. La compilation est gratuite et téléchargeable sur le bandcamp du label :


https://marasmlabel.bandcamp.com/music

Print Friendly, PDF & Email